Le rôle de la recherche doit être clairement reconnu

14. octobre 2019

Dans la cadre de la Stratégie énergétique 2050, l’énergie nucléaire continuera à apporter une contribution précieuse à la sécurité de notre approvisionnement électrique, respectueux du climat. Des conditions cadres fiables et un engagement accru de la Confédération pour la recherche et la formation de la relève dans le domaine de l’énergie nucléaire sont indispensables pour permettre l’exploitation à long terme des centrales nucléaires suisses. C’est à cette conclusion qu’arrive la dernière étude sur la situation de l’enseignement, de la recherche et de la relève dans la branche nucléaire.

L’association de branche swissnuclear et le Forum nucléaire suisse dressent régulièrement un état des lieux de l’enseignement, de la recherche et de la relève dans le domaine de l’énergie nucléaire en Suisse. La nouvelle enquête pour les années 2019-2023 montre que l’offre nécessaire en matière d’enseignement et de recherche pour permettre la poursuite de l’exploitation sûre des centrales nucléaires et la gestion des déchets radioactifs est actuellement assurée. Cependant, les besoins des exploitants en matière de recherche ont diminué suite à la décision de sortie progressive de l’atome. Le généreux financement de la recherche nucléaire tel qu’il existait jusqu’à présent, notamment dans le domaine fondamental, ne peut plus être supporté par les exploitants et va continuer à baisser au cours des années à venir.

En outre, l’état des lieux révèle que le recrutement de la relève est devenu plus difficile. Susciter l’intérêt des jeunes pour suivre une formation exigeante dans les installations nucléaires constitue un véritable défi. Ces derniers n’ont pas conscience du fait que les centrales nucléaires ne cesseront pas de fonctionner de sitôt et qu’elles offriront pendant encore des décennies des emplois variés, passionnants et sûrs, que cela soit dans le cadre de leur exploitation ou de leur démantèlement ultérieur.

Des signaux clairs pour la recherche et la relève

D'une part, l’exploitation à long terme – nécessaire – des centrales nucléaires suisses ne pourra être réalisée sans nos compétences actuellement élevées dans le domaine de la technique nucléaire. La Confédération et la société ont tout intérêt à ce que la recherche nucléaire et la formation, qui sont les garantes de l’exploitation sûre des installations actuelles, soient conservées aussi dans la perspective de la désaffectation des installations et dans le cadre de la gestion des déchets radioactifs. Et cette mission continuera à incomber aux exploitants.

D’autre part, la recherche et le développement dans le domaine de l’énergie nucléaire ne cessent de progresser au niveau international. Mais avec la diminution prévue des moyens financiers, la contribution précieuse que la Suisse apportait jusqu’à présent dans ce domaine baissera inévitablement. Pour pouvoir conserver sa place d'avant-garde au niveau mondial, la recherche nucléaire dans le domaine des EPF a besoin que les moyens actuels soient pérennisés. Cela nécessite un engagement financier accru de la part de la Confédération pour les programmes de recherche à venir. Dans le cas contraire, notre perte de compétences nous empêchera d'évaluer techniquement le développement des systèmes de réacteurs de la troisième et de la quatrième générations. Or c’est précisément ce que le Conseil fédéral et le Parlement ont souhaité éviter lorsqu’ils ont adopté la décision de sortie du nucléaire. Car une fois perdu, le savoir-faire ne peut pas être à nouveau acquis du jour au lendemain.

Pour continuer à attirer les jeunes, les métiers du nucléaire doivent offrir des perspectives motivantes. La Confédération doit reconnaître la contribution à long terme de l’énergie nucléaire dans la sécurité de notre approvisionnement électrique.

Les centrales nucléaires restent un pilier majeur de la sécurité d'approvisionnement

L’énergie nucléaire couvre plus d’un tiers du besoin en électricité de la Suisse, et fournit jusqu’à la moitié de la production d'électricité indigène en hiver. Elle joue également un rôle essentiel dans la préservation du climat. Un cadre légal fiable et juste pour permettre la poursuite de l’exploitation des centrales actuelles, et un engagement accru de la Confédération dans la recherche nucléaire sont indispensables pour que les installations actuelles continuent à contribuer à la sécurité d'approvisionnement et pour la mise en œuvre de la Stratégie énergétique 2050.

Le dossier «Lehre, Forschung und Nachwuchs in der Schweizer Kernenergie» (avec résumé en français) est disponible au téléchargement en cliquant ici ou sur downloads.

Pour de plus amples renseignements: medien@swissnuclear.ch, tél. 062 205 20 18

 swissnuclear est l’association de branche des exploitants de centrales nucléaires suisses qui défend leurs intérêts communs auprès du public, du monde politique et de l’administration. swissnuclear soutient les installations nucléaires pour une exploitation sûre et durable et dans les phases suivantes de leur cycle de vie, et s’engage en faveur de l’optimisation des conditions générales internes et externes. Les entreprises membres de swissnuclear exploitent les centrales nucléaires suisses de Beznau, Gösgen, Leibstadt et Mühleberg, qui assurent environ 35% de la production d’électricité nationale.